Le quartier du District 1

Dans le "District 1" vivent approximativement 99 525 habitants. Le quartier est considéré comme l’une des premières zones historiques de la ville, ainsi que son centre économique et politique. Nous nous trouvons face à des zones défavorisées, caractérisées par la pauvreté, comprise comme le fruit d’une organisation sociale excluant, injuste et discriminatoire, exprimée dans la conflictualité et l’injustice sociale.

Contexte économique

C'est dans ce contexte que l’économie informelle s’est développée, caractéristique indiscutable du quartier « District 1 ». Elle s’effectue dans le secteur tertiaire, sert d’intermédiaire dans les services, mais est également présente dans des activités industrielles comme le sont les ateliers artisanaux. Le « District 1 » se caractérise aussi par des activités illicites, marginalisées, où une partie de la population cherche son mode de survie.

Il y a de plus en plus de chômage, de sous-emploi et de travail occasionnel, lesquels ne permettent pas de couvrir les besoins personnels et encore moins ceux des familles.

Contexte social

Conséquence de ce contexte de précarité, la malnutrition affecte principalement les enfants. Les déficiences dans le système de santé se manifestent tant au niveau du manque d’infrastructures que de l’absence de politiques publiques adéquates et/ou réellement exécutées.

Au niveau de l’éducation, il existe un taux important de marginalité et de désertion scolaire.

On ne peut parler des conditions de vie de la population du « District 1 » sans mentionner la nuisance que représente l’alcoolisme, à la fois conséquence et cause de problèmes familiaux et professionnels, du mal être personnel et social. L’alcool génère des contextes de violence principalement au niveau intra familial. En ce qui concerne les enfants et adolescents de et dans la rue, les drogues les plus consommées sont les produits inhalables et l’alcool.

La violence affecte principalement les femmes, mais aussi les enfants et les adolescent-e-s, ce qui constitue un facteur important d’abandon du foyer et en conséquence, le début d’une vie à haut risque dans la rue.

Le quartier « District 1 » se caractérise indiscutablement par « la rue », espace de diversion, de pseudo liberté, d’activité économique, de divertissements, mais aussi de risques importants. Dans ce contexte, se retrouve, échange et interagit une grande partie de la population du quartier et des habitants d’autres quartiers, générant une sociabilité dans un contexte caractérisé par la pauvreté et la marginalité.

Dynamiques populaires

Dans le « District 1 », tout comme dans la ville de El Alto en général, on peut identifier plusieurs dynamiques populaires : la population forme les Conseils de voisinage, elle se reconnaît dans des organismes comme la Centrale Ouvrière Bolivienne et/ou participe aux mouvements sociaux, plus ou moins structurés, dirigés à l’encontre de la politique gouvernementale bolivienne. Les derniers événements d’octobre 2003 traduisent l’importance et la force de ces dynamiques populaires.

Cependant, les autorités publiques n’ouvrent pas les espaces de discussion et de réflexion nécessaires. Elles ne motivent pas le débat, marginalisant les citoyens et, plus que tout, les jeunes et les femmes.

Dans ce contexte, les organisations sociales locales militent dans le domaine de la participation des citoyens comme proposition d’un changement de société. Il y a une conscience du besoin d’insérer les autorités locales au processus de transformation de la société et de la construction d’une société plus juste.


© QuartierDuMonde