logo_qdm_a.gif

Actualités


28/11/2017 - Le cheminement du féminin dans les arts martiaux

Archipelia Paris Conférence débat 28 Novembre 2017.

Pour la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes du 25 novembre 2017, la Mairie de Paris proposait la thématique : « le harcèlement sexuel et le sexisme dans le sport ».
Les femmes des « Les Lundis Femmes Solidaires » ont ainsi invité Anne Ducouret, directrice du Dojo de l’Est Parisien, 5ème Dan et enseignante d’Aïkido, à venir parler de la place des femmes dans la pratique de cet art martial japonais. Elle était accompagnée de trois de ses élèves pour une démonstration explicative des principes de l’Aïkido.
Anne a rappelé que l’Aïkido était né avant la seconde guerre mondiale, dans une société traditionnelle patriarcale où la place de chacun(e) est déterminée par son genre. Aujourd’hui, les femmes sont encore peu nombreuses à accéder à des grades élevés, elles sont cependant acceptées comme « exception ». Mais il semble que la nouvelle génération ouvre d’autres perspectives.
Dans l’Aïkido, il s’agit de canaliser l’énergie donnée au cours d’une attaque. Dans l’étude, on est alternativement attaquant.e et défenseur.e. Ce changement de rôle permet d’expérimenter l’action et la perception et offre le moyen de dépasser le clivage homme/femme. Mais Anne de préciser que si l’enseignant n’est pas attentif, adulte-homme ou petit garçon face à une partenaire va systématiquement faire la technique, reproduisant les rapports sociaux de domination ! En tant que femme, il lui a fallu souvent patienter et attendre que son partenaire soit « fatigué » pour s’imposer et prouver à son tour sa maîtrise de l’art.
A la question, « l’Aïkido permet –il de se défendre contre une agression », Anne a répondu non, c’est un art martial avec ses règles pas un sport d’autodéfense. En revanche, une de ses élèves a témoigné que la pratique de l’Aïkido lui avait permis de surmonter sa peur suite à une agression.
Le mot « Aïkido », en japonais, est formé de trois idéogrammes : Aï – Ki – Do, qui signifient littérallement : Aï: l'Harmonie, la coordination, l'union. Ki : la « force de vie », l'énergie. Do : l'étude, la recherche, la voie. Il se traduit par « chemin de l'unification des l'énergie ».
Pour Anne, ce qui fait sens dans sa pratique de l’Aïkido c’est ce cheminement que chacun.e doit mener pour tendre à résoudre de manière créatrice et constructive deux forces qui s’opposent : Moi contre Lui –Elle, la vie / la mort, dominé ou être dominé, tuer ou être tué. Cette voie dans laquelle, au-delà de la technique, il faut s‘engager. Dans son dojo / école, c’est ce qu’elle souhaite transmettre.


Documentation

Pdf


© QuartierDuMonde